Le virus en lui-même

Le FeLV est un virus appartenant à la famille des retrovirus et du genre oncornavirus.

 

Avant d'entrer dans les détails techniques et biologiques de la chose, il y'a un point important à préciser :

Un amalgame est encore trop souvent fait entre le FIV et le FeLV. Il n'est pas rare d'entendre ou de lire que le FIV et le FeLV, c'est la même chose, ou de voir le FeLV être appelé « sida du chat » (donc de confondre les deux maladies), et de prêter ainsi au FIV les mêmes symptômes et évolution de la maladie que le FeLV. Or, ce sont deux virus totalement différents. Ils appartiennent tous deux à la même famille de virus – les retrovirus - mais à un genre différent. Et cette différence de genre... fait toute la différence entre ces deux virus et leur évolutions respectives.

Le FIV et le FeLV, CE N'EST PAS LA MÊME CHOSE!!!

 

Maintenant, passons au cours super technique... utile pour comprendre un peu plus le virus dans sa complexité.

 


Qu'est-ce qu'un retrovirus?

« Les rétrovirus sont des virus à ARN simple brin et de polarité positive, enveloppés. Ils contiennent une enzyme spécifique intervenant dans la réplication, la reverse transcriptase (RT), qui permet d’effectuer des copies de l’ARN viral sous forme d’ADN. Cette propriété les rend capables de s’intégrer au génome de la cellule hôte, d’y persister, voire de la transformer (Yamamoto, 2004). »

 

Kézako?!

Pour comprendre l'ARN, il convient d'expliquer d'abord l'ADN.

ADN, c'est l'abréviation de Acide DesoxyriboNucléique. ARN, c'est l'abréviation de Acide RiboNucléique.

L'ADN est généralement composé de deux brins de nucléotides, l'ARN d'un seul brin.

La structure chimique du nucléotide d'ADN contient notamment des molécules de sucre Desoxyribose, celle de l'ARN contient des molécules de sucre Ribose.

Il y'a d'autres différences chimiques entre l'ADN et l'ARN, mais nous passerons sur ce point.

 

L'ADN, se trouve dans le noyau de la plupart des cellules. C'est le détenteur des informations génétiques qui vont définir un individu, par son espèce notamment, son sexe, ses traits physiques (couleur des yeux, etc...), et détermine comment ces particularités seront transmises de génération en génération. C'est donc la carte d'identité génétique de chacun.

L'ARN est la copie d'un des brins de l'ADN, à partir duquel il est produit. Il existe plusieurs types d'ARN, dont les fonctions sont diverses. Il est notamment un support génétique nécessaire pour synthétiser les protéines dont les gènes ont besoin. A l'inverse de l'ADN, l'ARN ne se limite pas au noyau et peut migrer dans le reste de la cellule.

ADN et ARN sont donc étroitement liés. L'ARN est obtenu à partir de l'ADN.

Habituellement, le génome (ensemble du matériel génétique d'un individu) se trouve dans l'ADN. Or, chez certains virus, c'est l'ARN qui contient le génome de ceux-ci. C'est le cas pour le FeLV.

La reverse transcriptase (en français : transcriptase inverse) est une enzyme utilisée notamment par les retrovirus pour transcrire l'information génétique du virus de l'ARN en ADN. L'ARN viral devient donc ADN, ce qui permet au virus de s'intégrer au génome de la cellule hôte. C'est ainsi que le FeLV s'installe dans le chat, y reste et peut provoquer une « évolution » .

 

En version simplifiée :

La multiplication du virus repose sur la transcription de l'ARN viral en ADN, ce qui permet au virus de s'intégrer au génome du sujet contaminé.

Qu'est-ce qu'un oncornavirus?

Un oncornavirus est un virus oncogène à ARN, de la famille des retrovirus (la majorité des virus oncogènes sont à ADN, seuls les retrovirus sont à ARN).

Un virus oncogène, c'est un virus qui a la capacité de rendre leucémique ou cancéreuse la cellule qu'il infecte. "Oncogène" vient du grec oncos, qui signifie tumeur.

Le FeLV entraine donc des affections tumorales (fibrosarcomes, lymphomes, etc...). Mais il entraine également des affections non tumorales telles que des affections hématologiques (anémies) ou du système immunitaire (immunodéficience).

Le virus leucémogène félin : le FeLV

Le FeLV est un virus enveloppé. Il est de forme arrondie et fait entre 80 et 125 nm de diamètre.

Il se compose de trois parties :

_ la nucléocapside : elle fait environ 60nm de diamètre et est composé, d'une part, d'une capside hexagonale (formée de 3 protéines : p10, p15 et p27) et, d'autre part, contient en son centre le noyau viral (composé de l'ARN viral et de la reverse transcriptase).

_ le manteau interne : composé de la protéine p12, il enveloppe la nucléocapside.

_ l'enveloppe externe : elle est composée de lipides, de protéines (p15e) de glycoprotéines (gp70).

 

La gp70 : elle est présente à la surface du virion et constitue l'antigène majeur d'enveloppe. Cette glycoprotéine a plusieurs rôles primordiaux, dont celui de permettre l'entrée du virus dans les celulles. Elle contient également différentes zones, dont une partie va déterminer le sous-type de FeLV (FeLV-A, B ou C).

La p15e : c'est l'antigène mineur d'enveloppe. Elle permet à la gp70 de se fixer à la membrane. Elle joue un rôle essentiel dans l'immunodépression provoquée par l'infection au FeLV.

La p27 : cette protéine est située dans la nucléocapside. C'est cette protéine qui sera utilisée dans les tests de dépistages : les tests détectent l'absence ou présence d'antigène p27.

 

 

 

Structure du virion du FeLV

Le FeLV est donc...

...un virus qui va favoriser l'apparition de tumeurs et cancers divers, de même que diverses autres affections non cancéreuses et une immunodéficience, rendant ainsi le chat sensible aux infections opportunistes.

Ce virus a une durée d'action plus rapide que le FIV. Mais sa complexité rend les choses incertaines. A moins d'une réponse immunitaire qui détruit l'agent pathogène et assure une immunité, l'action du virus entraine son hôte à court ou moyen terme vers la mort.

Lorsqu'un chat est contaminé, plusieurs cas de figures peuvent se présenter : réponse immunitaire assez satisfaisante pour "évacuer" le virus, réponse immunitaire partielle qui va reclure le virus dans la moelle osseuse, réponse immuntaire insuffisante et le virus reste.


 

Micrographie du FeLV

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site