Sous-groupes du FeLV

Il existe trois sous-groupes de FeLV : FeLV-A, FeLV-B et FeLV-C. L'appartenance à l'un ou l'autre de ces groupes s'exprime dans la gp70 (glycoprotéine de l'enveloppe du virus). Chaque sous-groupe possède des propriétés biologiques, un pouvoir pathogène et un tropisme différents.

 

Sous-groupe A.

C'est le sous-groupe le plus important.

On le retrouve dans tous les cas de chats infectés par le FeLV :

_ 50% des chats FeLV+ sont infectés par ce groupe seul.

_ 49% des chats FeLV+ sont infectés par le A et le B.

_ 1% des chats FeLV+ sont infectés par le A et le C, ou le A, B et C.

Sa présence est indispensable aux autres sous-groupes. On le retrouvera donc soit seul dans la moitié des cas, soit associé à un autre sous-groupe.

 

Le FeLV-A est le sous-groupe le moins oncogène des trois. Cependant, il est souvent associé à des infections latentes et est très immunosuppresseur.

C'est par ce sous-groupe que les étapes essentielles de la contamination se jouent : en effet, il est responsable de la transmission du virus et de sa multiplication dans le sang.

 

Le sous-groupe A est responsable d'anémies transitoires et de lymphomes et leucémies après une longue période de latence, en particulier chez les chatons.

Sous-groupe B.

Ce sous-groupe ne s'exprime qu'associé au sous-groupe A.

On le retrouve dans 49% des cas, toujours associé au A. Et parfois, associé au A et au C.

 

Il est génétiquement instable (plusieurs transformations sont possibles). Il est issu de recombinaisons du FeLV-A avec des séquences FeLV endogènes du chat.

Le sous-groupe B augmente le pouvoir pathogène du sous-groupe A.

 

Il est responsable de désordres myéloprolifératifs (production excessive de certaines cellules dans la moelle osseuse) ou myélosuppresseurs (destruction des cellules de la moelle osseuse), ainsi que d'une immunosuppression.

Sous-groupe C.

Ce sous-groupe est rare. On ne le retrouve que dans 1%, systématiquement associé au A (dont il est un mutant), et parfois au B (toujours associé au A).

Son taux de réplication du virus est défectueux, ce qui donne lieu à des périodes de latences plutôt longues.

 

Il entraine une aplasie (arrêt ou insuffisance de développement d'un organe ou de ses tissus) de la lignée des globules rouges, ce qui donne lieu à des anémies sévères, fatales pour les chatons et pas tellement joyeuses non plus pour les adultes virémiques.

En conclusion

Le FeLV est donc un virus un peu plus complexe qu'il n'y parait.

Il est composé de trois sous-groupes : le A, le B et le C, qui définissent sa pathogénie et son tropisme cellulaire.

Le sous-groupe A est présent dans tous les cas. On peut le retrouver seul ou associé à un ou plusieurs autres sous-groupes, dont il est également l'origine : le B est issu en partie du A et le C est un mutant du A.

50% des chats FeLV+ sont infectés par le A seul, 50% par le A associé au B et/ou au C.

Le A est responsable de la transmission de la leucose. Il est également responsable de l'immunodépression qu'on rencontre dans la maladie.

Contrairement au FIV, ces sous-groupes n'ont pas de répartitions géographiques spécifiques.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×