Le virus en lui-même

 

Le FIV est un virus appartenant à la famille des retrovirus et du genre lentivirus.

 

Avant d'entrer dans les détails techniques et biologiques de la chose, il y'a un point important à préciser :

Un amalgame est encore trop souvent fait entre le FIV et le FeLV. Il n'est pas rare d'entendre ou de lire que le FIV et le FeLV, c'est la même chose, ou de voir le FeLV être appelé « sida du chat » (donc de confondre les deux maladies), et de prêter ainsi au FIV les mêmes symptômes et évolution de la maladie que le FeLV. Or, ce sont deux virus totalement différents. Ils appartiennent tous deux à la même famille de virus – les retrovirus - mais à un genre différent. Et cette différence de genre... fait toute la différence entre ces deux virus et leur évolutions respectives.

Le FIV et le FeLV, CE N'EST PAS LA MÊME CHOSE!!!

 

Maintenant, passons au cours super technique... utile pour comprendre un peu plus le virus dans sa complexité.

Qu'est-ce qu'un retrovirus?

« Les rétrovirus sont des virus à ARN simple brin et de polarité positive, enveloppés. Ils contiennent une enzyme spécifique intervenant dans la réplication, la reverse transcriptase (RT), qui permet d’effectuer des copies de l’ARN viral sous forme d’ADN. Cette propriété les rend capables de s’intégrer au génome de la cellule hôte, d’y persister, voire de la transformer (Yamamoto, 2004). »

 

Kézako?!

Pour comprendre l'ARN, il convient d'expliquer d'abord l'ADN.

ADN, c'est l'abréviation de Acide DesoxyriboNucléique. ARN, c'est l'abréviation de Acide RiboNucléique.

L'ADN est généralement composé de deux brins de nucléotides, l'ARN d'un seul brin.

La structure chimique du nucléotide d'ADN contient notamment des molécules de sucre Desoxyribose, celle de l'ARN contient des molécules de sucre Ribose.

Il y'a d'autres différences chimiques entre l'ADN et l'ARN, mais nous passerons sur ce point.

 

L'ADN, se trouve dans le noyau de la plupart des cellules. C'est le détenteur des informations génétiques qui vont définir un individu, par son espèce notamment, son sexe, ses traits physiques (couleur des yeux, etc...), et détermine comment ces particularités seront transmises de génération en génération. C'est donc la carte d'identité génétique de chacun.

L'ARN est la copie d'un des brins de l'ADN, à partir duquel il est produit. Il existe plusieurs types d'ARN, dont les fonctions sont diverses. Il est notamment un support génétique nécessaire pour synthétiser les protéines dont les gènes ont besoin. A l'inverse de l'ADN, l'ARN ne se limite pas au noyau et peut migrer dans le reste de la cellule.

ADN et ARN sont donc étroitement liés. L'ARN est obtenu à partir de l'ADN.

Habituellement, le génome (ensemble du matériel génétique d'un individu) se trouve dans l'ADN. Or, chez certains virus, c'est l'ARN qui contient le génome de ceux-ci. C'est le cas pour le FIV.

La reverse transcriptase (en français : transcriptase inverse) est une enzyme utilisée notamment par les retrovirus pour transcrire l'information génétique du virus de l'ARN en ADN. L'ARN viral devient donc ADN, ce qui permet au virus de s'intégrer au génome de la cellule hôte. C'est ainsi que le FIV s'installe dans le chat, y reste et peut provoquer une « évolution » .

 

En version simplifiée :

La multiplication du virus repose sur la transcription de l'ARN viral en ADN, ce qui permet au virus de s'intégrer au génome du sujet contaminé.

Qu'est-ce qu'un lentivirus?

« Lentivirus », ça vient du latin lenti, qui signifie lent. Ce simple fait en dit déjà beaucoup.

Le lentivirus est un genre de la famille des retrovirus. Sa caractéristique essentielle est d'avoir une longue période d'incubation et d'évolution.

Un lentivirus infecte principalement les cellules du système immunitaire : les lymphocytes. De ce fait, il crée une immunodéficience chez l'hôte qu'il infecte, ce qui expose celui-ci à des maladies opportunistes (et on obtient donc... le sida par exemple).

Le Virus de l'Immunodéficience Féline : le FIV

Le FIV est un virus enveloppé. Il est de forme arrondie et fait entre 105 et 125 nm de diamètre.

Il se compose de 2 grandes parties :

_ la capside virale : elle est de forme cônique et contient diverses protéines, ainsi que la reverse transcriptase et l'ARN viral.

_ l'enveloppe externe : elle est composée de lipides et est surmontée de spicules composées de glycoprotéines.

 

Le nom des protéines et glycoprotéines varient selon les sources d'information (et peuvent être donc nommés différement du dessin ci-dessous). Aussi, il n'est pas aisé de s'y retrouver!

Dans le schéma ci-dessous, nous trouvons la protéine p7 (qu'on peut trouver ailleurs sous le nom de p10), la protéine de nucléocapside. Cette protéine est associée au génome virale, et elle joue un rôle important dans l'assemblage du virion.

Les protéines symbolisées ci-dessous par "Env" sont les protéines d'enveloppe. Elles déterminent le tropisme du virus et sont les cibles des anticorps et autres agents du système immunitaire. La protéine transmenbranaire (nommée gp36 ici, ou gp40 ailleurs) est utilisée pour le diagnostic de l'infection. En effet, les tests de dépistage détectant la présence ou absence d'anticorps mettent en évidence la présence ou absence d'anticorps dirigés contre cette protéine.

Autres noms que l'ont peut trouver pour certaines protéines : glycoprotéine de surface = gp95 (sur le dessin) = gp120 (ailleurs) - protéine de matrice = p17 = p15 - protéine transmembranaire = gp36 = gp40 - protéine de nucléocapside = p7 = p10 - protéine de capside = p24 = p24! Ouf! (Cela dit, il n'est pas d'une importance vitale de connaitre ça, ça reste purement et simplement de la culture personnelle qui ne vous servira probablement jamais).

 

Structure du virion du FIV

 

Le FIV est donc...

...un virus qui provoque une immunodéficience, ce qui rend donc le chat plus fragile au niveau immunitaire et, de ce fait, plus sensible à des infections opportunistes. Ce virus est à évolution lente, ce qui signifie qu'entre le moment où le chat est contaminé par le virus et le moment où le virus finit par avoir sa peau, il peut se passer des mois, voir des années. De même entre le moment où le chat va contracter le virus, le moment où le virus va être détectable, le moment où il va commencer à entrer en action...

Du fait de ce mode d'évolution, il y'a des chances qu'un chat FIV+ ne déclare jamais la maladie.

En revanche, une fois le chat contaminé, le virus fait partie intégrale de lui. Il est impossible de le lui retirer et il doit donc vivre avec ça tout le reste de sa vie.

Micrographie électronique du virus du FIV (photo par Michael Podell, Ohio State University).

 

 

Organisation (un peu simplifiée) du génome du FIV .

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×